Ouvrir le menu principal

Page:Lazare - L’Antisémitisme, 1894.djvu/415

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Or, aujourd’hui, les pratiques religieuses des Juifs varient avec les divers pays. Tandis que, dans la Galicie, par exemple, les plus minutieuses observances du culte sont pratiquées, en France, en Angleterre, en Allemagne elles sont réduites au minimum. Si l’étude du Talmud est toujours en honneur en Pologne, en Russie, dans certaines parties de l’Allemagne et de l’Autriche-Hongrie, elle est tombée en complète désuétude dans tous les autres pays. Entre le Juif français émancipé et le Juif galicien talmudiste, le fossé se creuse tous les jours, et encore, de cette façon, il se crée des différences en Israël, différences que l’on peut aussi observer entre les Juifs des synagogues réformées et ceux des synagogues orthodoxes. Mais, ce qui est plus important, l’esprit talmudique disparaît lentement ; les écoles talmudiques persistantes se ferment tous les jours dans l’Europe occidentale ; le Juif contemporain ne sait même plus lire l’hébreu. Débarrassée des liens rabbanites la synagogue ne professe plus qu’une sorte de déisme cérémonial ; chez le Juif moderne, ce déisme s’affaiblit de plus en plus ; tout Juif émancipé est prêt pour le rationalisme, et ce n’est pas seulement le talmudisme qui meurt, c’est la religion juive qui agonise. Elle est la plus vieille des religions existantes, il semble qu’elle doive être la première à disparaître. Au contact direct de la société chrétienne, elle s’est désagrégée. Pendant longtemps elle avait subsisté, comme subsistent ces corps que l’on soustrait à la lumière et à l’air ; on a ouvert les fe-