Page:Lazare - L’Antisémitisme, 1894.djvu/383

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’extension des grandes banques ; il fallut le développement des industries manufacturières, les progrès scientifiques qui amènent la création et le perfectionnement du machinisme ; il fallut toute l’élaboration législative concernant le salariat, jusqu’au moment où les prolétaires furent dépouillés même du droit d’association et de coalition ; il fallut tout cela et bien d’autres causes encore, causes historiques, religieuses ou morales, pour faire la société actuelle. Ceux qui présentent les Juifs comme les créateurs de cet état ne parviennent qu’à prouver leur absolue et stupéfiante ignorance.

Cependant, nous venons de le dire, le rôle des Israélites fut considérable, mais il est peu connu ou du moins trop imparfaitement, surtout des antisémites, et ce n’est pas à cette connaissance très rudimentaire de l’histoire économique du judaïsme qu’il faut attribuer l’antisémitisme. On sait mieux comment les Juifs agirent depuis leur émancipation. En France, sous la Restauration et sous le Gouvernement de Juillet, ils furent à la tête de la finance et de l’industrialisme, ils furent parmi les fondateurs des grandes compagnies, d’assurances, de chemins de fer, de canaux. En Allemagne, leur action fut énorme ; ils provoquèrent la promulgation de toutes les lois favorables au commerce de l’or, à l’exercice de l’usure, à la spéculation. Ce furent eux qui profitèrent de l’abolition (en 1867) des anciennes lois restrictives du taux de l’intérêt, ils poussèrent à la loi de Juin 1870 qui affranchit les sociétés par actions de la surveil-