Ouvrir le menu principal

Page:Lazare - L’Antisémitisme, 1894.djvu/355

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


signalés. Ainsi le chirurgien Joseph Ravel, membre du conseil général de la Commune, qui fut exécuté après le Neuf Thermidor, Isaac Calmer, président du comité de surveillance de Clichy, exécuté le 29 messidor an II ; enfin Jacob Pereyra, ancien commissaire du pouvoir exécutif de la Belgique auprès de Dumouriez, et qui, membre du parti des Hébertistes, fut jugé et condamné en même temps qu’Hébert et exécuté le 4 germinal an II[1].

Nous avons vu comment, groupés autour du Saint-Simonisme, ils achevèrent la révolution économique dont 1789 avait été une étape[2] et quelle fut l’importance dans l’école d’Olinde Rodrigues, de d’Eichtal et d’Isaac Péreire. Pendant la seconde période révolutionnaire, celle qui part de 1830, ils montrèrent plus d’ardeur encore que pendant la première. Ils y étaient d’ailleurs directement intéressés, car, dans la plupart des États de l’Europe, ils ne jouissaient pas encore de la plénitude de leurs droits. Ceux-là mêmes d’entre eux qui n’étaient pas révolutionnaires par raisonnement et tempérament le furent par intérêt ; en travaillant pour le triomphe du libéralisme, ils travaillaient pour eux. Il est hors de doute que par leur or, par leur énergie, par leur talent, ils soutinrent et secondèrent la révolution européenne.

  1. Voir Emile Campardon : Le Tribunal révolutionnaire de Paris, Paris, 1866. — Procès instruit et jugé au tribunal révolutionnaire contre Hébert et consorts (1-4 Germinal), Paris, an II. — Léon Kahn : Les Juifs à Paris, Paris, 1889.
  2. Capefigue : Histoire des grandes opérations financières, — Toussenel : Les Juifs rois de l’Epoque.