Ouvrir le menu principal

Page:Lazare - L’Antisémitisme, 1894.djvu/242

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


net. Jusqu’à la Révolution, l’antijudaïsme littéraire avait corroboré l’antijudaïsme légal, depuis la Révolution et l’émancipation des Juifs, l’antisémitisme littéraire a tendu à restaurer l’antisémitisme légal dans les pays où il n’existe plus. Il n’y est pas encore arrivé, et nous n’avons donc à étudier que les manifestations scripturaires de l’antisémitisme, manifestations dont quelques-unes représentent l’opinion du grand nombre, car, si les littérateurs antisémites ont apporté des raisons aux antisémites inconscients, ils ont été engendrés par eux ; ils ont tenté d’expliquer ce que le troupeau ressentait, et si parfois ils lui ont attribué d’étranges et invraisemblables mobiles, ils n’ont été le plus souvent que les échos des sentiments de leurs inspirateurs. Quels étaient ces sentiments ? Nous allons le voir tout en examinant la littérature antisémitique, et en même temps nous démêlerons les causes multiples de l’antisémitisme contemporain.

Il n’est pas possible, sauf pour quelques-unes, de classer les œuvres antisémitiques dans des catégories trop étroites, car chacune d’elles offre fréquemment de multiples tendances. Cependant elles ont chacune une dominante, d’après laquelle on peut établir leur classification, en se souvenant toujours qu’une œuvre rapprochée d’un type déterminé ne se rapporte pas seulement et uniquement à ce type. Nous diviserons donc l’antisémitisme en antisémitisme christiano-social, antisémitisme économique, antisémitisme ethnologique et national, antisémi-