Page:Lazare - L’Antisémitisme, 1894.djvu/241

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


il ne valut pas à Israël la reconnaissance de la bourgeoisie. Quand celle-ci eut définitivement assis son pouvoir, lorsqu’elle fut tranquille et rassurée, elle s’aperçut que son allié juif n’était qu’un redoutable concurrent et elle réagit contre lui. Ainsi, les partis conservateurs, généralement composés de capitalistes agricoles, devinrent antijuifs dans leur lutte contre le capitalisme industriel et agioteur que représentait surtout le Juif, et le capitalisme industriel et agioteur devint à son tour antijuif à cause de la concurrence juive. L’antijudaïsme, qui avait été d’abord religieux, devint économique, ou, pour mieux dire, les causes religieuses, qui avaient jadis été dominantes dans l’antijudaïsme, furent subordonnées aux causes économiques et sociales.

Cette transformation, qui correspondit au changement de rôle des Juifs, ne fut pas la seule. L’hostilité contre les Juifs, autrefois sentimentale, se fit raisonneuse. Les chrétiens d’antan détestaient les déicides instinctivement, et ils n’essayaient nullement de justifier leur animosité : ils la témoignaient. Les antijuifs contemporains voulurent expliquer leur haine, c’est-à-dire, qu’ils la voulurent décorer : l’antijudaïsme se mua en antisémitisme. Comment se manifesta cet antisémitisme ? Il ne put se manifester que par des écrits. L’antisémitisme officiel était mort en Occident, ou il se mourait ; par conséquent la législation antijuive disparaissait aussi ; l’antisémitisme resta idéologique, il fut une opinion, une théorie, mais les antisémites eurent un but très