Ouvrir le menu principal

Page:Lazare - L’Antisémitisme, 1894.djvu/223

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


trop exact, et ils en venaient finalement à interdire à ces Juifs de recevoir l’instruction donnée aux chrétiens, instruction qui les aurait tirés de leur abjection.

Mais les universitaires ne furent pas les seuls antisémites en Roumanie, et à côté des causes patriotiques, il y eut des causes économiques. C’est avec l’avènement de la bourgeoisie, je l’ai dit, que naquit l’antisémitisme, parce que cette classe bourgeoise, composée de commerçants et d’industriels, était en concurrence avec les Juifs qui manifestaient exclusivement leur activité par le commerce et l’industrie, quand ce n’était par l’usure. Cette bourgeoisie avait tout intérêt à faire voter des lois protectrices, lois qui n’étaient pas nominativement dirigées contre les Juifs, mais contre les étrangers, et qui avaient principalement pour but de mettre des entraves à l’expansion de rivaux redoutables ; elle y arriva en fomentant habilement des émeutes qui permirent à ses représentants au Parlement de proposer des réglementations nouvelles. Aussi peut-on ramener ces diverses causes d’antisémitisme à une seule : le protectionnisme national, et ce protectionnisme est fort habile, car, en même temps qu’il refuse tous droits civiques aux Juifs en les considérant comme étrangers, il les astreint au service militaire, ce qui est encore contradictoire, car nul, s’il n’est citoyen, ne peut faire partie d’une armée nationale[1].

  1. Je crois que c’est une vérité qu’admettrait le plus absurde