Page:Laprade - Les Symphonies - Idylles héroïques, Lévy, 1862.djvu/84

Cette page n’a pas encore été corrigée


Je m’y sens préservé de toute lassitude ;
J’aime avant tout chez toi l’absence des humains.

J’y dépose la vie et la charge commune ;
Tout vain désir s’y calme et cède à ton attrait ;
Devant tes doux tableaux toute image importune,
Tout fantôme d’amour s’efface et disparaît.



ADMÈTE


Aux pieds des frais buissons l’oubli des soins moroses
Se respire au soleil avec l’odeur des roses ;
Et la gaîté captive, ainsi qu’un jeune oiseau,
Chante et nargue en fuyant la cage de roseau.

Dans ces flots de parfums que l’air des prés balance,
Mon âme tout entière hors de mon sein s’élance,
Et ne songeant à rien qu’à jouir des beaux jours,
Comme une abeille aux fleurs, vole toute aux amours.



ERWYNN


Oui, plus libre en ces bois, mon âme y rompt les chaînes
Dont l’homme et les destins avaient su me lier.
Oui, l’oubli se respire avec l’ombre des chênes,
Sur les grèves des lacs… j’y viens pour oublier.

Tandis qu’au bruit des flots et des forêts que j’aime,
La voix des passions s’adoucit et se perd,