Page:Laprade - Les Symphonies - Idylles héroïques, Lévy, 1862.djvu/69

Cette page n’a pas encore été corrigée




Que chacun loue en moi la stoïque raison,
La tendresse divine…
Quand chaque flot de miel portera son poison,
Chaque fleur son épine.

Viens, ô consolateur que j’insultais hier !
Sois mon amer génie.
Oh ! viens m’ouvrir ton temple, asile d’un cœur
Ironie, Ironie !



FEUX FOLLETS


Les cieux de vapeurs sont chargés ;
Sortez de terre et voltigez,
Flammes railleuses de l’automne.
Venez, sylphes et lutins,
De vos rires argentins
Rompre sa voix monotone.

Levez-vous, esprits follets,
Sur l’étang qui fume ;
Trilby chante ses couplets :
Valsez dans la brume.

Sautez, sans courber les joncs,
Sur les fossés des donjons
Et sur les bruyères,
Sur les crânes dispersés