Ouvrir le menu principal

Page:Laprade - Les Symphonies - Idylles héroïques, Lévy, 1862.djvu/56

Cette page n’a pas encore été corrigée


De l’amoureuse lyre
Sait prendre tous les tons.

Je veux chanter encore
Ma joie et mes ennuis ;
Je chante avec l’aurore,
Je chante avec les nuits.

Je défie et. méprise
Fauvettes et pinsons,
Et la mort seule épuise
Mon cœur et mes chansons.

J’aime une fleur nouvelle,
La rose qui m’entend ;
J’aime, et je veux, près d’elle,
Expirer en chantant.



ADAH


J’y suis bien, sous ton ciel de flamme !
J’y sens mieux respirer mon âme ;
C’est la vie après le sommeil.
J’aime aux fleurs ces parfums sauvages
Et l’air brûlant de ces rivages…
Marchons toujours vers le soleil !

Vois-tu la grenade et l’orange ;
Vois-tu ces fruits à forme étrange