Ouvrir le menu principal

Page:Laprade - Les Symphonies - Idylles héroïques, Lévy, 1862.djvu/314

Cette page n’a pas encore été corrigée



A l’ami douloureux qui prie et qui t’appelle.
L’amour de Béatrix, le tien, ma jeune sœur,
Exhale, en ses parfums, l’esprit qui renouvelle.

Laisse à ton bien-aimé respirer tout ton cœur.



ROSA MYSTICA


Ordonnez, mon Dieu, je suis prête
Au plaisir comme à la douleur ;
Ordonnez, et ma main discrète
Cueillera la ronce ou la fleur.

Mais, par cette croix que j’embrasse,
Cette croix, mon souverain bien,
Laissez, comme un don de la grâce,
Laissez-moi ce chaste lien !

Vous pouvez donner ou reprendre,
Mon Dieu ! mais, au moins pour un jour,
Permettez cette amitié tendre
A mon cœur plein de votre amour.

Faites, sur la route éclaircie
Où va cet homme triste et doux,
Que son cœur au mien s’associe
Pour des œuvres dignes de vous.