Page:Laprade - Les Symphonies - Idylles héroïques, Lévy, 1862.djvu/293

Cette page n’a pas encore été corrigée



Épilogue


 

HYMNE À LA TERRE


Tu permets au travail de presser ta mamelle,
Patiente nourrice, et, depuis six mille ans,
Tu gardes à tes fils ta richesse éternelle,
Tu livres sans compter les trésors de tes flancs.

Tes bois nous sont ouverts, ta plus belle parure !
Nous fouillons dans tes os de marbre et de métal.
Aux besoins du réel tu donnes sans mesure…
Mais tu portes aussi ta moisson d’idéal !

Tes saisons pour notre âme ont d’indicibles charmes,
Je les admire en toi…, mais ils viennent d’ailleurs !
S’ils font naître si bien le sourire ou les larmes,
C’est qu’ils ouvrent nos yeux à des mondes meilleurs.