Page:Laprade - Les Symphonies - Idylles héroïques, Lévy, 1862.djvu/274

Cette page n’a pas encore été corrigée


La danse et le repas où le maître joyeux
Écoute leurs chansons et s’assied avec eux.



UN MOISSONNEUR


La montagne a ses prairies,
Le lait pur des vacheries,
Des sources à chaque pas,
Des bouleaux et des mélèzes,
Et des fraises…
Mais le froment n’y vient pas.

Là, j’ai mon taillis de hêtre,
Un troupeau dont je suis maître,
Un grand chalet de sapin ;
Là, j’ai nombreuse famille :
Ma faucille
Sait où lui trouver du pain.

La plaine en doux fruits abonde,
D’épis elle est toute blonde ;
Le blé rentre à plein portail ;
Mais la montagne a des hommes,
Et nous sommes
Les plus braves au travail.

L’air est chaud comme à la forge,
La soif nous serre la gorge ;