Ouvrir le menu principal

Page:Laprade - Les Symphonies - Idylles héroïques, Lévy, 1862.djvu/264

Cette page n’a pas encore été corrigée


Le bel ange,
Quand on fauche dans le pré !



BERTHE


Pourquoi t’enfuir, à perdre haleine,
Vers ces sommets, à l’horizon,
Quand on est si gai dans la plaine,
Quand le feu flambe à la maison !

Voici la nuit, le ciel se couvre,
Le dernier char vient de partir ;
Vois, là-bas, la grange qui s’ouvre ;
L’éclair brille pour t’avertir.

Viens donc, un râteau sur l’épaule,
Comme nous, joyeux et chantant,
Respirer, sous l’ombre du saule,
L’odeur des foins que j’aime tant.

Les chars et les faucheurs sont rentrés à la ferme,
Sur le pré ras tondu le buisson se referme ;
Mais du gazon plus vert renaît le bouton d’or,
Et l’immense bercail va se peupler encor.

Les vaches, les taureaux, détachés de la crèche,
Las de l’obscure étable et de la paille sèche,