Ouvrir le menu principal

Page:Laprade - Les Symphonies - Idylles héroïques, Lévy, 1862.djvu/228

Cette page n’a pas encore été corrigée


Le sapin qui trônait, voix des Alpes sublimes,
Croule avec les débris de tout ce qui fut grand.

Les sévères chansons avec nous sont bannies !
Hâte-toi, si ton cœur, disciple des hauts lieux,
Veut savourer encor les grandes harmonies
Dont la terre a nourri l’âme de tes aïeux !



FRANTZ


Me voici ! Du désert je ne veux plus descendre ;
Plus de pacte avec les humains !
Mes pieds de leurs foyers ont secoué la cendre
Et la poudre de leurs chemins.

Les dieux, la liberté, seuls biens d’une âme forte,
Sont nés chez vous sur les sommets ;
Ils y viennent mourir et je vous les rapporte :
La terre y renonce à jamais.

Chez vous, en plein soleil, sur ce lit de bruyère
Où nos amours avaient dormi,
Nous trouverons là-haut une mort libre et fière,
Loin des yeux d’un monde ennemi.

Mais avant de tomber avec tout ce que j’aime,
Avant de brûler mon drapeau,
Je veux lancer encor un dernier anathème
Sur les hommes, ce vil troupeau !