Page:Laprade - Les Symphonies - Idylles héroïques, Lévy, 1862.djvu/219

Cette page n’a pas encore été corrigée



X

Au pied de la Croix


 
O Christ ! tu livras donc à nos disputes vaines
Ta croix même et ton sang que tu viens d’y verser !
L arbre divin fait ombre à nos clartés humaines,
Et notre orgueil le sape au lieu de l’embrasser.

Pour moi, Seigneur, si fort que ma raison s’effraie,
Je ne puis m’écarter ni douter de la croix ;
Car j’ai fait plus que voir et que toucher ta plaie,
Je la sens dans mon cœur, c’est par là que je crois !

J’y fus aussi cloué sur l’arbre de torture !
Si je rends témoignage à sa divinité,