Page:Laprade - Les Symphonies - Idylles héroïques, Lévy, 1862.djvu/187

Cette page n’a pas encore été corrigée


Et mille odeurs ont fui de ses veines subtiles,
Qui dormaient jusque-là dans la plante inutiles.
Alors enfin, versant de l’argile ou de l’or
Le flot immaculé qui s’y gardait encor,
L’homme à vos pieds répand, comme fit Madeleine,
Les plus divins parfums dont son âme était pleine.