Ouvrir le menu principal

Page:Lao-tseu traduit par Jules Besse.djvu/99

Cette page a été validée par deux contributeurs.



XLVI



Dans les temps où la Doctrine fleurit dans l’empire, tous les chevaux qui galopent dans l’empire ne sont plus utilisés que pour leur crottin.

Dans l’empire, quand la Doctrine n’y fleurit pas, on s’adonne à l’élevage du cheval de guerre dans toute l’étendue de la zone kiao[1].

Le plus grand malheur qui puisse arriver à l’empire c’est la possibilité du désir. La pire des calamités qui puisse échoir à l’empire c’est qu’on s’y croie

  1. Une zone de terrain qui s’étendait des faubourgs de la capitale jusqu’à une distance de cent li. Le li = environ 600 mètres.