Ouvrir le menu principal

Page:Lao-tseu traduit par Jules Besse.djvu/88

Cette page a été validée par deux contributeurs.


feudataires, ayant à parler de leur personne, se traitent couramment de « Rebut de la société » de « Pas grand’chose » et de « Pauvre d’esprit »[1], on peut se demander si ce n’est pas pour mieux suggérer qu’ils ont l’âme haute et noble.

Voilà pourquoi, pour mieux suggérer qu’ils possèdent des chars innombrables, ils se disent sans char du tout.

Voilà pourquoi ils désirent tant ne pas être estimés comme du jade et souhaitent même être déclarés aussi communs que des cailloux.

  1. Formules d’humilité alors usitées.