Ouvrir le menu principal

Page:Lao-tseu traduit par Jules Besse.djvu/57

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Pour me faire entendre je l’appelle la Doctrine. Tout mon effort pour la mettre en pratique aboutit à l’appeler grande. Pour m’expliquer qu’elle soit grande, je me dis qu’elle me fuit. Pour m’expliquer qu’elle me fuie, je me dis qu’elle est profonde. Pour m’expliquer qu’elle soit profonde, je me dis qu’elle est peut-être le contraire de l’idée que je m’en fais.

Voilà pourquoi la Doctrine est grande au même titre que le Ciel, la Terre et Celui qui dirige tout.

Dans le monde il y a quatre grandes choses, et pourtant il y a quelque chose de meilleur qu’elles quatre : le quiétisme de Celui qui dirige tout.

L’homme a pour se régler la Terre. La Terre a pour se régler le Ciel. Le Ciel a pour se régler la Doctrine. Et la Doctrine a pour se régler le principe que tout va de soi.