Ouvrir le menu principal

Page:Lao-tseu traduit par Jules Besse.djvu/161

Cette page a été validée par deux contributeurs.



LXXVIII



Ici-bas rien de plus mou que l’eau, et pourtant elle vient à bout des pierres les plus dures. L’eau, meilleure que tout, est irremplaçable.

Le mou vainc le dur. Cette faiblesse vainc la force.

Dans l’empire tous savent cela, et de ce fait d’expérience personne n’est capable de tirer les conséquences pratiques.

Voilà pourquoi des saints ont pu dire : « Celle qui reçoit toutes les immondices du royaume c’est l’eau, providence des génies de la Terre et des grains. Celle qui reçoit tout ce qu’on rebute c’est l’eau, reine de ce monde. »

Parler irréprochablement revient à répéter les paroles des saints.