Ouvrir le menu principal

Page:Languet - Catéchisme du diocèse de Sens, 1765.djvu/43

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
43
du Dioceſe de Sens.
3. Gagner à Dieu par ſon bon exemple et ſes bonnes oeuvres, autant d’ames, s’il eſt poſſible, qu’on en a perdües par ſes mauvais exemples.

XXI. Du Péché Véniel.

D. QU’eſt-ce que le Péché Véniel ?
R. C’eſt un péché qui affoiblit en nous la grace ſantifiante, quoi qu’il ne nous l’ôte pas.
D. Quand eſt-ce qu’un Péché eſt Véniel ?
R. Quand il eſt en matiere peu conſiderable, ou que le conſentement de la volonté eſt imparfait.
D. Donnez-en quelque exemple ?
R. Un impatience legere eſt un péché Véniel, à cauſe de la legereté de la matiere. Une penſée contre la Foi eſt un péché Véniel, quand on ne s’y eſt point arrêté avec une volonté parfaite.
D. Tous les péchez ne ſont donc pas égaux entre eux ?
R. Non, il y en a de plus grands les uns que les autres, ſoit entre les péhez Véniels, ſoit entre les péchez Mortel.
D. Celui qui meurt coupable ſeulement de péchez Véniels, va-t’il en Enfer.
R. Non, parce qu’il n’a pas perdu entièrement la grace ſantifiante.
D. Où va-t’il donc ?
R. S’il n’a pas fait pénitence de ſes péchez Véniels, il va en Purgatoire ſatisfaire à la juſtice de Dieu.
D. Devons-nous craindre beaucoup le péché Véniel ?
R. Oùi, et plus que tous les maux imaginables.
D. Pourquoi cela ?
R. C’eſt 1. C’eſt que ce péché déplaît à Dieu, et c’eſt aſſez pour en détourner ceux qui aiment Dieu de tout leur coeur.