Page:Langlois - Anecdotes pathétiques et plaisantes, 1915.djvu/86

Cette page a été validée par deux contributeurs.


CHAPITRE VIII

ORIGINE DU MOT « BOCHE »


Dès le début de la guerre, on s’est demandé quelle était l’origine du mot « Boche », abrégé d’Alboche, par lequel on désigne vulgairement notre plus implacable ennemi.

Parmi les nombreuses explications qui ont été données nous rappellerons celles-ci pour ce qu’elles ont de curieux ou d’amusant :


Les Alsaciens, parlant des Allemands d’outre-Rhin, les appelaient les Altdeutschen, les vieux Allemands, ce qui, en patois alsacien, avec une prononciation atténuée des consonnes, était entendu par les Français comme Alldoches, mais le d, pour nous, était dur à prononcer, et nous répétions Alboche… Puis nous avons raccourci le mot qui est devenu « Boche »…


Le mot « Boche », écrit un lecteur de la Liberté, ne viendrait-il pas de Teutobochus, le roi des Teutons, qui, en compagnie des Cimbres, envahirent la Gaule 102 ans av. J.-C., et furent défaits par Marius près d’Aix-en-Provence ? Teutobochus orna le triomphe de Marius.

C’était, paraît-il, un géant d’une force surprenante.

En 1613, on trouva près du château de Chaumont, en Dauphiné, d’énormes ossements (qui, d’ailleurs, provenaient d’un mammouth) ; mais un chirurgien du nom de Mazurier en fit un assemblage à sa façon et les promena dans toute la France en les faisant passer comme étant