Page:Langevin - La physique depuis vingt ans, 1923.djvu/7

Cette page n’a pas encore été corrigée


  • 3° À leurs méthodes, à leurs principes logiques et à leur esprit général, en somme à leur, discipline.
  • 4° Aux grands problèmes qui, sans se rattacher à une science particulière chevauchent sur plusieurs d’entre elles, ou même les intéressent toutes.
  • 5° Enfin à la critique des sciences et aux doctrines philosophiques en tant qu’elles touchent à la science, à ses méthodes et aux questions scientifiques.

En un mot la bibliothèque d’histoire et de philosophie des sciences vise à constituer à l’aide de monographies dont chacune formera un tout qui se suffira à lui-même, une synthèse philosophique, une critique philosophique des sciences, et une étude de toutes les questions qui concernent l’investigation scientifique. On s’y efforcera, tout en gardant la haute tenue scientifique nécessaire au but qu’on y poursuit, d’être entièrement accessible au public cultivé à qui elle est destinée. Il ne peut être question, en face d’un programme de ce genre, d’arrêter la liste des ouvrages qui constituent la bibliothèque. Le progrès des sciences, en soulevant chaque jour de nouveaux problèmes, les doctrines philosophiques, en apportant à leur tour des points de vue originaux, et dans l’un et l’autre champ, les interprétations nouvelles, rendraient de suite caduque une table des matières qui doit toujours rester ouverte si on veut qu’elle soit complète. Nous ne pouvons qu’affirmer que nous nous efforcerons peu à peu de ne laisser dans l’ombre aucune des questions qui ressortiront à notre programme.

Les volumes seront publiés dans le format in 18 jésus cartonné : ils formeront chacun 330 page environ avec ou sans figures dans le texte. Chaque ouvrage se vendra séparément.