Ouvrir le menu principal

Page:Lamontagne-Beauregard - La moisson nouvelle, 1926.djvu/58

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
56
LA MOISSON NOUVELLE


Protectrice comme une mère,
La neige, encerclant le coteau,
Semble vouloir prendre la terre
Dans les plis de son blanc manteau…

Dans les villages solitaires
Tous les vaillants semeurs de blés,
Fronts résignés, âmes austères,
Près du feu, se sont rassemblés.

C’est l’heure des paroles tendres,
Des rires fusant sans raisons.
Dans la veillée on croit entendre
Palpiter l’âme des maisons !…