Ouvrir le menu principal

Page:Lamontagne-Beauregard - La moisson nouvelle, 1926.djvu/191

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
189
LA MOISSON NOUVELLE


De même nos pauvres prunelles,
Lasses de l’humaine prison,
Parmi les clartés éternelles
Cherchent la céleste maison…

Derrière la brune colline
Nos yeux mourants, nos faibles yeux
Cherchent votre maison divine,
O vous, notre Père des cieux !…

Votre blanche maison de lumière
Que cherchent nos yeux éplorés,
Votre sainte maison, ô Père,
S’ouvrira-t-elle à nos pieds, ulcérés ?