Ouvrir le menu principal

Page:Lamontagne-Beauregard - La moisson nouvelle, 1926.djvu/183

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
181
LA MOISSON NOUVELLE


N’entendre toujours, ô merveille !
Dans une immuable clarté,
Que les murmures de l’abeille,
Et les chants de l’immensité !…