Ouvrir le menu principal

Page:Lamontagne-Beauregard - La moisson nouvelle, 1926.djvu/173

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
171
LA MOISSON NOUVELLE


Souviens-toi des champs, des vallées,
Des nids, chantant tous à la fois ;
Des belles routes ondulées,
Et des chemins au fond des bois…

Du bosquet débordant de roses,
De l’aube dorant les volets ;
Et du recoin où sont encloses
Les cerises que tu volais !…

Dans la détresse du voyage,
Sans espérance et sans amours,
Ah ! souviens-toi de ton village
Où tu vécus de si beaux jours !…