Ouvrir le menu principal

Page:Lamontagne-Beauregard - La moisson nouvelle, 1926.djvu/135

Cette page a été validée par deux contributeurs.
133
LA MOISSON NOUVELLE

LIBERTÉ




Le jour vient de paraître :
Entends le vent frémir
Et vois l’aube fleurir
La fenêtre.

La taille des bouleaux
Se mire dans l’eau claire.
Et la lumière éclaire
Les îlots.