Ouvrir le menu principal

Page:Lamontagne-Beauregard - La moisson nouvelle, 1926.djvu/129

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
127
LA MOISSON NOUVELLE


LE VIEUX PAYSAN

« Ah ! jeter à nouveau les grains d’or

dans les labours, fendre la glèbe et tracer
droit les sillons ruisselants de lumière

et de rosée !… »
Pierre Aguétant




Cependant que les blés s’étalent dans les plaines,
Que la colline brille au soleil de midi,
Son âme ne connaît plus que des heures vaines,
Et son corps vigoureux s’affaisse, refroidi.

Que les heures vont vite, et que la vie est dure !
Et qu’il passe parfois de tristesse en ses yeux !…
Oh ! retrouver ces gais matins dans la verdure,
Et l’aube qui brillait sur ses jours glorieux !…