Page:Lamirault - La Grande encyclopédie, inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts, tome 13.djvu/704

Cette page n’a pas encore été corrigée


CYCADACÉES — CYCLAMEN

682 -

nouille, le lias, le jurassique et le wealdien ; on y trouve également des inllorescences, des restes de fleurs femelles, rarement des graines ; d’après de Saporta les Cycadospadix Schimp. ne sont peut-être que des inflorescences de Cycadites et VAndrostrobus z-amioides Schimp. se rapporte peut-être à un Cycadites inconnu. Ce qui est certain, c’est que les Cycadites sont voisins des Cycas, sinon identiques avec eux ; nous avons mentionné plus haut la seule espèce fossile connue de Cycas vrai. 11 y a lieu probablement de rapprocher des Cycadites les Cycadoidea de Buckland, se rapportant à des troncs trouves dans le dirt-bed de l’Ile de Portland (étage purbeckien du Jura supérieur) ; ce sont des tiges courtes et épaisses, à peu près sphéroïdales, dont l’anneau (corps) ligneux primaire embrasse un cylindre médullaire volumineux, et qui par leur apparence extérieure rappellent les troncs de Cycas actuels. Buckland en a déerit deux espèces, le C. megalophylla et le C. microphylla ; de Saporta n’admet plus ce genre dont il disperse les espèces parmi les genres Cylindropodium, l’iatylepis, Clathro* podium, Fittonia, etc. Quant à la famille des Zamiées, le jurassique et le wealdien renferment des cônes ovoïdes pédoncules, rappelant ceux dos Zantin actuels ; les carpophylles sont scutiformes et hexagonaux, avec une ou deux graines à la hase ; ce sont les ZamiostrobilSt Les terrains secondaires, lias, jurassique, etc., renferment des frondes qui se rapportent entre autres au genre Zamites, voisin des Zamia actuels, et caractérisé par des folioles entières et lancéolées ; le Z. articus Gœpp. se trouve dans la craie inférieure du Groenland ; au genre Podozamites, à folioles lancéolées, rétrécies inférieurement , le genre le mieux déterminé de cette famille ; au genre Otozamites, à folioles lancéolées ou de forme diverse, ovale, ronde, etc., selon les espèces ; les Otozamites ne sont pas toujours faciles à distinguer de certaines Fougères, les Odontoptériset Cyclopteris par exemple. Les plus petites formes connues appartiennent à ce groupe. On rapproche avec plus ou moins de raison de ce même groupe précédent les Pterophyllum et les NUssonia Brgt connus seulement par leurs frondes et s’étendant les premiers du houiller et du rothliegende au wealdien, les autres du rhétien au miocène (dé l’Ile Sakhalien). .Ces deux genres, d’après de Saporta et Marion, se l’apportent probablement à un type de Cycadacées primitives disparu (V. Pterophyllum et Nilssonia). D r L. Hahn. Bibl. : Paléontologie. — Schimper, Traité de paléont. vëgêt. — Heer, Flora fossiles arctica. — De Saporta, Palêontol. française. — De Saporta et Marion, l’Evolution du règne végétal. Phanérogames, 1885. CYCADITES (Paléont.) (V. Cycadacées).

CYCADOIDEA (Paléont.) (V. Cycadacées). CYCADOPTERIS {Cycadopteris Schimp.) (Paléont.). Genre de Fougères fossiles, de l’ordre de Neuroptéridées, caractérisé par une fronde bipinhée, à rachis épais et sillonné. On en connaît trois espèces de l’oolithe et de l’infralias.

CYCADOXYLON (Paléont.). Genre de plantes fossiles, créé par Benault pour une espèce du terrain carbonifère, et dont la structure anatomique, observée sur un rameau, offre de grandes analogies avec celle des jeunes tiges de Cycadées. C’est le type du groupe des Cycadoxylées qui renferme encore les genres Colpoxylon Ren. etMedullosa Cotta (V. ces mots). Les Cycadoxylées peuvent être considérées comme des Cycadacées primitives, rentrant avec les Poroxylées, les Cordaïtées, les Sigillarinées, etc., dans le groupe des Diploxylées de B. Benaut. Seulement chez eux l’anneau de bois primaire qui entoure la moelle est discontinu et formé de lames éparses rayonnantes, ainsi que l’anneau de bois secondaire ou cortical. D r L. Un. CYCAS. I. Botanique. — (Cycas L.) Genre de plantes qui a donné son nom à la famille des Cycadacées (V. ce mot). Il se compose d’arbres et d’arbustes, à tronc cylindrique, couvert sur tout sa périphérie des cicatrices des feuilles tombées. Les fleurs sont dioïques ; les mâles, disposées en épis pédoncules, formés d’écaillés uniformes, serrées et imbriquées. Les inflorescences femelles sont semblables pour la forme aux inflorescences mâles. Les fruits sont des drupes dont les graines sont pourvues d’un albumen abondant. — Les Cycas habitent les régions chaudes de l’Asie, de l’Archipel indien et de l’Australie. Leur tronc renferme une moelle centrale riche en fécule, qui fournit dessous d’excellente qualité, très recherchés dans les Indes. Les espèces Cycas circinalis L.

les plus importantes à ce point de vue sont le C. revoluta Thunb. et le (,’. circinalis L., que l’on cultive fréquemment dans les serres chaudes de l’Europe. Le C. circinalis fournil, en outre, une gomme transparente, assez semblable à la gomme adragante, qui est très employée aux Moluques, dans le traitement des ulcères de mauvaise nature. Ed. Lef.

IL Paléontologie (V. Cycadacées).

CYCHREUS (Myth.), fils de Neptune et de Salamis, régna dans l’île de Salamine qu’il délivra d’un dragon. Suivant Pausanias (I, 36, î), un dragon s’étant montré pendant la bataille de Salamine, l’oracle déclara que c’était le héros Cychreus qui avait revêtu cette forme. CYCHRUS (Cychrus Fabr.) (Entom.). Genre d’Insectes-Coléoptères, voisins des Carabus (Y. Carabe), dont ils diffèrent surtout par les hanches

postérieures séparées et le der-

nier article des palpes très

grand, à face supérieure con-

cave. Le C. caraboides L.

(C. rostratus L.), que nous

représentons, est long de 16

à 18 millim. et d’un noir peu

brillant. Son corps est très

épais, très convexe, avec la

tète allongée, le prothorax pe-

tit, rétréci en arrière, les

élytres soudées, finement cha-

grinées, les pattes longues et

grêles. Il est commun en Eu-

rope, surtout dans les régions

montagneuses ; on le trouve

aussi, mais plus rarement, dans les forêts froides et les bois humides des plaines, sous la mousse, les pierres, les bois pourris, etc., ou il se nourrit de mollusques terrestres. Quand on le saisit, il fait entendre une stridulation spéciale, due au frottement de l’abdomen contre les élytres. Sa larve a été décrite et figurée par Westwood (Introd. to the modem Classif., I, 68, fig. 2). Ed. Lef. CYCLADES. Croupes d’iles de VArchipel (V. ce nom), bassin de la Méditerranée orientale ; il sera décrit au mot Grèce, où seront énumérées les iles qui le composent ; les détails relatifs à chacune d’elles seront donnés à son nom (V. Andros, Delos, Naxos, etc.).

CYCLAMEN. I. Botanique. — (Cyclamen L.) Genre de [liantes delà famille des Primulacées, composé d’herbes vivaces, dont la souche souterraine donne naissance a des feuilles longuement pétiolées, épaisses, ovales ou suborhi-Cychrus caraboides L.