Page:Lambert - Le Mandarin.pdf/258

Cette page a été validée par deux contributeurs.



XXI

REVIENDRAI-JE ?


Le jour du départ de Pé-Kang était venu.

Dans quelques heures le mandarin devait quitter Paris. Il attendait ses amis qui lui avaient promis de partager son repas d’adieu.

Tous furent exact au rendez-vous, et l’on dîna gaiement.

Martial s’étant, au début de la conversation, déclaré le champion des paradoxes, et Lefranc, le défenseur des vérités, il s’ensuivit une foule de discussions originales et intéressantes.