Page:Lamarck - Philosophie zoologique 2.djvu/89

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


la faveur de l’humidité que les corps vivans les plus simples peuvent se former et se renouveler perpétuellement, que tous les infusoires, tous les polypes, et toutes les radiaires, ne se rencontrent jamais que dans l’eau ; en sorte qu’on peut regarder comme une vérité de fait, que c’est exclusivement dans ce fluide que le règne animal a pris son origine.

Poursuivons l’examen des causes qui ont pu créer les premiers traits de l’organisation dans des masses appropriées où il n’en existoit pas.

Si, comme je l’ai fait voir, la lumière est génératrice de la chaleur, celle-ci l’est, à son tour, de l'orgasme vital qu’elle produit et entretient dans les animaux qui n’en ont point en eux la cause ; ainsi, elle peut donc en créer les premiers élémens dans les masses appropriées qui ont reçu la plus simple de toutes les organisations.

Si l’on considère que l’organisation la plus simple n’exige aucun organe particulier, c’est-à-dire, aucun organe spécial, distinct des autres parties du corps de l’individu, et propre à une fonction particulière (ce que la simplification de l’organisation observée dans beaucoup d’animaux qui existent rend évident), l’on concevra qu’elle pourra s’opérer dans une petite masse de matières qui possédera la condition suivante :