Page:Lamarck - Philosophie zoologique 2.djvu/83

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


organisation composée et perfectionnée, plus l’influence de la température leur fait parcourir promptement les différens états compris dans la durée de leur existence, cette influence en rapprochant proportionnellement les époques et le terme de leur vie. On sait assez que, dans les régions équatoriales, une jeune fille est nubile de très-bonne heure, et que de très-bonne heure aussi elle voit arriver l’âge du dépérissement ou de la vieillesse. Enfin, c’est une chose reconnue, que l’intensité de la chaleur rend fort dangereuses les différentes maladies connues, en leur faisant parcourir leurs termes avec une rapidité étonnante.

D’après ces considérations, on peut conclure que la chaleur, quand elle est considérable, est nuisible généralement à tous les animaux qui vivent dans l’air, parce qu’elle raréfie fortement leurs fluides essentiels. Aussi a-t-on remarqué que, dans les pays chauds, principalement aux heures de la journée où le soleil est très-ardent, ces animaux paroissent souffrir, et se cachent pour éviter la trop grande impression de la lumière.

Au contraire, tous les animaux aquatiques ne reçoivent de la chaleur, quelque grande qu’elle puisse être, que des effets favorables à leurs mouvemens et à leurs développemens organiques ; et parmi eux, ce sont surtout les plus imparfaits,