Page:Lamarck - Philosophie zoologique 2.djvu/5

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

PHILOSOPHIE


ZOOLOGIQUE.




SUITE DE LA SECONDE PARTIE.



CHAPITRE III.


De la cause excitatrice des Mouvemens organiques.


La vie étant un phénomène naturel, qui lui-même en produit plusieurs autres, et résultant des relations qui existent entre les parties souples et contenantes d’un corps organisé et les fluides contenus de ce corps ; comment concevoir la production de ce phénomène, c’est-à-dire, l’existence et l’entretien des mouvemens qui constituent la vie active du corps dont il s’agit, sans une cause particulière excitatrice de ces mouvemens, sans une force qui anime les organes, régularise les actions et fait exécuter toutes les fonctions organiques, en un mot, sans un ressort dont la tension soutenue, quoique variable, est le moteur efficace de tous les mouvemens vitaux !

On ne sauroit douter que les fluides visibles