Page:Lamarck - Philosophie zoologique 2.djvu/445

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Ces considérations, qui me semblent prouver que les jugemens sont assujettis à différens degrés de rectitude, et que cette rectitude n’atteint que le degré qui est relatif aux circonstances qui concernent chaque individu, m’amènent naturellement à dire un mot de la raison, à examiner ce qu’elle peut être, et à la comparer avec l'instinct.

DE LA RAISON,
Et de sa comparaison avec l'Instinct.

La raison n’est pas une faculté ; elle est bien moins encore un flambeau, un être quelconque ; mais c’est un état particulier des facultés intellectuelles de l’individu ; état que l’expérience fait varier, améliore graduellement, et qui rectifie les jugemens, selon que l’individu exerce son intelligence.

Ainsi, la raison est une qualité susceptible d’être possédée dans différens degrés, et cette qualité ne peut être reconnue que dans un être qui jouit de quelques facultés intellectuelles.

En dernière analise, on peut dire que, pour tout individu doué de quelqu’intelligence, la raison n'est autre chose qu'un degré acquis dans la rectitude des jugemens.

À peine sommes-nous nés, que nous éprouvons