Page:Lamarck - Philosophie zoologique 2.djvu/41

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pendant la durée de leur vie. Or, la mort seule anéantit ce ton, ainsi que l’orgasme qui le constituoit.


Orgasme végétal.

Il paroît que, dans les végétaux, la cause excitatrice des mouvemens organiques agit principalement sur les fluides contenus et les met seuls en mouvement ; tandis que le tissu cellulaire végétal, soit simple, soit modifié en tubes vasculiformes, n’en reçoit qu’un orgasme obscur, d’où naît une contractilité générale très-lente, qui n’agit jamais isolément, ni subitement.

Si, dans la saison des chaleurs, une plante cultivée dans un pot ou une caisse, a besoin d’arrosement, on remarque que ses feuilles, l’extrémité de ses rameaux, et ses jeunes pousses sont pendantes et prêtes à se flétrir : la vie, cependant, y existe toujours ; mais l'orgasme des parties souples de ce corps vivant y est alors très-affoibli. Si l’on arrose cette plante, on la voit peu à peu redresser ses parties pendantes, et montrer un air de vie et de vigueur dont elle étoit privée lorsqu’elle manquoit d’eau.

Ce rétablissement de la vigueur du végétal n’est pas, sans doute, uniquement le produit des fluides contenus nouvellement introduits dans la