Page:Lamarck - Philosophie zoologique 2.djvu/408

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


idées sont les matériaux qui servent à l’exécution de ces opérations, et que le fluide nerveux est l’agent unique qui y donne lieu immédiatement ; ce que j’ai déjà expliqué dans le chapitre précédent.

La pensée étant une opération de l’entendement qui s’exécute sur des idées déjà acquises, peut seule donner lieu à des jugemens, des raisonnemens, enfin, aux actes de l’imagination. Dans tout ceci, les idées sont toujours les matériaux de l’opération, et le sentiment intérieur est aussi toujours la cause qui excite et dirige son exécution, en mettant le fluide nerveux en mouvement dans l'hypocéphale.

Cet acte de l’entendement se produit quelquefois à la suite de quelque sensation qui a donné lieu à une idée, et celle-ci à un désir ; mais le plus souvent il s’exécute sans qu’aucune sensation l’ait immédiatement précédé ; car le souvenir d’une idée qui donne naissance à un besoin moral, suffit pour émouvoir le sentiment intérieur, et le mettre dans le cas d’exciter l’exécution de cet acte.

Ainsi, tantôt l’organe de l’intelligence exécute quelqu’une de ses fonctions à la suite d’une cause externe qui amène quelqu’idée, laquelle émeut le sentiment intérieur de l’individu ; et tantôt cet organe entre de lui-même en activité, comme