Page:Lamarck - Philosophie zoologique 2.djvu/393

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Aussi l’homme, qui seul peut offrir des exemples de ce dernier cas est-il de même le seul qui, par l’éminence de ses facultés intellectuelles, puisse se livrer à l’étude de la nature, en reconnoître et en admirer l’ordre constant, parvenir même à découvrir quelques-unes de ses lois, et enfin, remonter, par sa pensée, jusqu’au suprême auteur de toutes choses.

Les principales fonctions qui s’exécutent dans l’organe de l’intelligence, étant au nombre de quatre, donnent lieu conséquemment à quatre sortes d’actes très-différens ; savoir :

1°. L’acte qui constitue l'attention ;

2°. Celui qui donne lieu à la pensée, de laquelle naissent les idées complexes de tous les ordres ;

3°. Celui qui rappelle les idées acquises et qu’on nomme souvenir ou mémoire ;

4°. Enfin, celui qui constitue les jugemens.

Nous allons donc rechercher ce que sont réellement les actes de l’entendement qui constituent l'attention, la pensée, la mémoire et les jugemens. Nous verrons que ces quatre sortes d’actes sont évidemment les principales, c’est-à-dire, le type ou la source de tous les autres actes intellectuels ; et qu’il n’est point convenable de placer dans ce premier rang la volonté, qui n’est qu’une suite de certains jugemens ; le désir, qui n’est qu’un