Page:Lamarck - Philosophie zoologique 2.djvu/330

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Ce penchant des animaux à la conservation des habitudes et au renouvellement des actions qui en proviennent, étant une fois acquis, se propage ensuite dans les individus, par la voie de la reproduction ou de la génération, qui conserve l’organisation et la disposition des parties dans leur état obtenu ; en sorte que ce même penchant existe déjà dans les nouveaux individus, avant même qu’ils l’aient exercé.

C’est ainsi que les mêmes habitudes et le même instinct se perpétuent de générations en générations, dans les différentes espèces ou races d’animaux, sans offrir de variation notable, tant qu’il ne survient pas de mutation dans les circonstances essentielles à la manière de vivre.