Page:Lamarck - Philosophie zoologique 2.djvu/283

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


réaction : ce sont les ébranlemens de cette sorte qui produisent le sentiment. Nous en avons traité dans le troisième chapitre ;

2°. Les ébranlemens qui sont généraux dès qu’ils commencent, et qui ne forment aucune réaction : ce sont ceux-ci qui constituent les émotions intérieures, et c’est d’eux uniquement dont nous allons nous occuper.

Mais auparavant, il est nécessaire de dire un mot du sentiment d' existence, parce que ce sentiment est la source dans laquelle les émotions intérieures prennent naissance.

Du Sentiment d'Existence.

le sentiment d’existence, que je nommerai sentiment intérieur, afin de le séparer de l’idée d’une généralité qu’il ne peut avoir, puisqu’il n’est point commun à tous les corps vivans, et qu’il ne l’est pas même à tous les animaux, est un sentiment fort obscur, dont sont doués les animaux qui ont un système nerveux assez développé pour leur donner la faculté de sentir.

Ce sentiment, tout obscur qu’il est, est néanmoins très-puissant ; car il est la source des émotions intérieures qu’éprouvent les individus qui le possèdent, et par suite de cette force singulière qui met ces individus dans le cas de produire eux-mêmes les mouvemens et les actions