Page:Lamarck - Philosophie zoologique 2.djvu/280

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




CHAPITRE IV.


Du Sentiment intérieur, des Émotions qu'il est susceptible d'éprouver, et de la Puissance qu'il en acquiert pour la production des actions.


MON objet, dans ce chapitre, est de traiter d’une des facultés les plus remarquables que le système nerveux, dans ses principaux développemens, donne aux animaux qui le possèdent dans cet état ; je veux parler de cette faculté singulière dont certains animaux et l’homme même sont doués, et qui consiste à pouvoir éprouver des émotions intérieures que provoquent les besoins et différentes causes externes ou internes, et desquelles naît la puissance qui fait exécuter diverses actions.

Personne, à ce que je crois, n’a encore pris en considération l’objet intéressant dont je vais m’occuper ; et cependant, si l’on ne fixe ses idées à son égard, il sera toujours impossible de rendre raison des nombreux phénomènes que nous présente l’organisation animale, et qui ont leur source dans la faculté que je viens de mentionner.

On a vu que le système nerveux se composoit