Page:Lamarck - Philosophie zoologique 2.djvu/246

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


met en action ; que le sentiment se produit ; et que les hémisphères du cerveau exécutent tous les actes d’intelligence auxquels, selon leurs développemens, ils ont la faculté de donner lieu.

Quoique la nature propre du fluide nerveux ne nous soit pas bien connue, puisque nous ne pouvons l’apprécier que par ses effets ; depuis la découverte du galvanisme, il devient de plus en plus probable qu’elle est très-analogue au fluide électrique. Je suis même persuadé que c’est ce fluide électrique qui a été modifié dans l’économie animale, s’y étant en quelque sorte animalisé par son séjour dans le sang, et s’y étant assez changé pour devenir contenable et se maintenir uniquement dans la substance médullaire des nerfs et du cerveau, à laquelle le sang en fournit sans cesse.

Pour pouvoir dire que le fluide nerveux n’est que de l’électricité modifiée par son séjour dans l’économie animale, je me fonde sur ce que ce fluide nerveux, quoique fort ressemblant par ses effets à plusieurs de ceux que produit le fluide électrique, s’en distingue néanmoins par quelques qualités particulières, parmi lesquelles celle de pouvoir être retenu dans un organe, et de s’y mouvoir, soit dans un sens, soit dans un autre, paroît lui être propre.

Le fluide nerveux est donc réellement distinct