Page:Lamarck - Philosophie zoologique 2.djvu/239

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




CHAPITRE II


Du Fluide nerveux.


UNE matière subtile, remarquable par la célérité de ses mouvemens, et qu’on néglige de considérer, parce qu’il n’est pas en notre pouvoir de l’observer directement nous-mêmes, de nous la procurer, et de la soumettre à nos expériences ; cette matière, dis-je, est l’agent le plus singulier, et en même temps l’instrument le plus admirable que puisse employer la nature pour produire le mouvement musculaire, le sentiment, les émotions intérieures, les idées, et les actes d’intelligence dont quantité d’animaux sont susceptibles.

Or, comme il nous est possible de connoître cette matière par les effets qu’elle produit, il importe que nous la prenions en considération, dès le commencement de la troisième partie de cet ouvrage ; car le fluide qu’elle constitue étant le seul qui soit capable d’opérer les phénomènes qui excitent tant notre admiration, si nous refusons de reconnoître son existence et ses facultés, il nous faudra donc abandonner toute recherche sur les causes physiques de ces phénomènes,