Page:Lamarck - Philosophie zoologique 2.djvu/233

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et on ne peut lui en substituer aucune autre sans sortir des idées positives que la nature nous fournit à mesure que nous l’observons.

Ainsi, dans l’organisation animale, le système nerveux fut créé à son tour comme les autres systèmes particuliers ; et il ne put l’être que dans la seule circonstance où l’organisation se trouvoit assez avancée dans sa composition, pour que les trois sortes de substances qui composent ce système aient pu être formées et déposées dans les lieux qui offrent les organes qui le constituent.

Il est donc très-inconvenable de vouloir trouver le système dont il s’agit, ainsi que les facultés qu’il procure, dans des animaux aussi simples en organisation, et aussi imparfaits que les infusoires et les polypes ; car il est impossible que des organes aussi composés que ceux de ce système, puissent exister dans l’organisation des animaux que je viens de citer.

Je le répète : de même que les organes spéciaux que possèdent les animaux, dans leur organisation, furent formés successivement, de même aussi chacun de ces organes fut composé, complété et perfectionné progressivement, à mesure que l’organisation animale parvint à se compliquer ; en sorte que le système nerveux, considéré dans les différens animaux qui en sont mu-