Page:Lamarck - Philosophie zoologique 2.djvu/213

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


elles, par leur nature, et exigeant chacune un système d’organes très-particulier pour les produire.

Ainsi, voilà quatre sortes de fonctions très-différentes qu’exécute le système nerveux perfectionné, c’est-à-dire, complétement développé et muni de son organe accessoire ; mais comme les organes qui donnent lieu à chacune de ces fonctions ne sont pas les mêmes ; et comme les différens organes spéciaux n’ont reçu l’existence que successivement ; la nature a formé ceux qui sont propres au mouvement musculaire, avant ceux qui donnent lieu aux sensations, et ceux-ci avant d’établir les moyens qui permettent les émotions du sentiment intérieur ; enfin, elle a terminé le perfectionnement du système nerveux en le rendant capable de produire les phénomènes de l’intelligence.

Nous allons voir maintenant que tous les animaux n’ont pas et ne peuvent avoir un système nerveux ; et qu’en outre, tous ceux qui possèdent ce système d’organes n’en obtiennent pas nécessairement les quatre sortes de facultés dont il vient d’être question.