Page:Lamarck - Philosophie zoologique 2.djvu/211

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


on verra que c’est une des plus remarquables et des plus intéressantes à étudier.

Si la fonction, sans laquelle le système nerveux ne pourroit mettre les muscles en action, ni concourir à l’exécution des fonctions organiques, est différente de celle sans laquelle le même système ne pourroit produire le sentiment, ainsi que de celle qui constitue les émotions du sentiment intérieur ; je dois faire remarquer que, lorsque le perfectionnement du système dont il s’agit est assez avancé pour lui faire obtenir l’organe accessoire et spécial que constituent les hémisphères plissés du cerveau, alors il a la faculté d’exercer une quatrième sorte de fonction, qui est encore très-différente des trois premières.

En effet, à l’aide de l’organe accessoire dont je viens de parler, le système nerveux donne lieu à la formation des idées, des jugemens, des pensées, de la volonté, etc. ; phénomènes qu’assurément les trois premières sortes de fonctions citées ne sauroient produire. Or, l’organe accessoire en qui s’exécutent des fonctions capables de donner lieu à de pareils phénomènes, n’est qu’un organe passif, à cause de son extrême mollesse, et ne reçoit aucune excitation, parce qu’aucune de ses parties ne sauroit réagir ; mais il conserve les impressions qu’il reçoit, et ces impressions