Page:Lamarck - Philosophie zoologique 2.djvu/210

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


corps qui est affecté, propage son mouvement jusqu’au foyer ou centre de rapport du système, y excite une commotion qui se communique dans tous les nerfs qui servent au sentiment, et met leur fluide dans le cas de réagir, ce qui produit la sensation.

Non-seulement ces deux sortes de fonctions du système nerveux diffèrent l’une de l’autre, en ce que, dans tout mouvement musculaire, il n’y a point de sensation produite, et que dans la production d’une sensation quelconque, il n’y a pas nécessairement de mouvement musculaire exécuté ; mais ces fonctions diffèrent, en outre, comme on vient de le voir, en ce que, dans l’une d’elles, le fluide nerveux est envoyé de son réservoir aux parties ; tandis que, dans l’autre, il est envoyé des parties mêmes au foyer ou centre de rapport du système des sensations. Ces faits sont évidens, quoiqu’on ne puisse apercevoir les mouvemens qui y donnent lieu.

La fonction du système nerveux, qui consiste à effectuer les émotions du sentiment intérieur, et qui s’exécute par un ébranlement général de la masse libre du fluide des nerfs, ébranlement qui s’opère sans réaction, et par suite sans produire aucune sensation distincte, est encore très-particulière et fort différente des deux que je viens de citer ; dans l’exposition que j’en ferai (chap. IV),