Page:Lamarck - Philosophie zoologique 2.djvu/200

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


un sang coloré, se trouvant un peu enfoncées dans la substance médullaire que ces vaisseaux ont produite, il en doit résulter que cette substance médullaire paroîtra grisâtre dans une partie externe de son épaisseur : quelquefois, même, par suite de certaines évolutions de parties, qui se sont opérées dans l’encéphale à mesure qu’il s’est composé, les organes nutritifs ont pénétré profondément ; en sorte que la matière médullaire grisâtre s’est trouvée centrale en certains lieux, et enveloppée en grande partie par celle qui est blanche.

J’ajouterai encore que, si les extrémités de certains vaisseaux artériels ont sécrété et nourrissent ensuite la matière médullaire du système nerveux, ces mêmes extrémités vasculaires y ont pu déposer pareillement le fluide nerveux qui se sépare du sang, et le verser continuellement dans cette substance médullaire qui est si propre à le recevoir.

Enfin, je terminerai ces considérations par quelques-unes de celles qui concernent le développement de la masse médullaire principale, ainsi que les renflemens et les épanouissemens de certaines portions de cette masse, à mesure que les systèmes particuliers qui composent le système nerveux commun et perfectionné se sont formés et ont reçu leurs développemens.

Dans la masse médullaire principale de tout