Page:Lamarck - Philosophie zoologique 2.djvu/174

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


que peut être le sentiment ; comment l’organe spécial qui y donne lieu (le système nerveux), peut produire l’admirable phénomène des sensations ; comment les sensations elles-mêmes peuvent, par la voie de l’organe ajouté au cerveau, produire des idées, et celles-ci occasionner dans le même organe, la formation des pensées, des jugemens, des raisonnemens ; en un mot, des actes d’intelligence plus admirables encore que ceux que les sensations constituent.

Mais, dit-on ; « les fonctions du cerveau sont d’un autre ordre que celles des autres viscères. Dans ces derniers, les causes et les effets sont de même nature (de nature physique). »..................

« Les fonctions du cerveau sont d' un ordre tout différent : elles consistent à recevoir, par le moyen des nerfs, et à transmettre immédiatement à l’esprit les impressions des sens ; à conserver les traces de ces impressions, et à les reproduire avec plus ou moins de promptitude, de netteté et d'abondance quand l’esprit en a besoin pour ses opérations, ou quand les lois de l'association des idées les ramènent ; enfin, à transmettre aux muscles, toujours par le moyen des nerfs, les ordres de la volonté. »

« Or, ces trois fonctions supposent l'influence mutuelle, à jamais incompréhensible, de la ma-