Page:Lamarck - Philosophie zoologique 2.djvu/173

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




TROISIÈME PARTIE.
Considérations sur Causes physiques du Sentiment, celles qui constituent la force productrice des actions; enfin, celles qui donnent lieux aux actes d'intelligence qui s'observent dans différens Animaux.


INTRODUCTION.

DANS la seconde partie de cet ouvrage, j’ai essayé de répandre quelque jour sur les causes physiques de la vie, dans les corps qui en jouissent ; sur les conditions nécessaires pour qu’elle puisse exister ; enfin, sur la source de cette force excitatrice des mouvemens vitaux, sans laquelle aucun corps ne pourroit réellement posséder la vie.

Maintenant, je me propose de considérer ce